Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pierre qui Roule.com

Le véritable esprit de révolte consiste à exiger le bonheur, ici, dans la vie ! (H.Ibsen)

Astrium : 396 postes supprimés à Toulouse

Près de 400 postes seront supprimés sur le site d’Astrium à Toulouse (3 100 salariés) dans le cadre du vaste plan de réorganisation des branches Défense et Espace d’Airbus Group. Les syndicats veulent éviter à tout prix tout licenciement sec.

Hier, Airbus Group (ex-EADS) a dévoilé les détails des 5 800 suppressions de postes qui vont toucher ses activités spatiales et de défense. Pour notre région, ce sont surtout les activités «Espace» qui sont touchées. À Toulouse, chez Astrium, la direction envisage de supprimer 396 postes sur les 3 100 personnes employées sur le site. «C’est tout de même 13 % des effectifs» a réagi hier Thierry Prefol, délégué syndical central chez Astrium (CFE-CGC). L’annonce aux salariés a été faîte à l’occasion d’une réunion de quatre heures devant les syndicats européens du groupe d’aéronautique et de défense. La rencontre qui se tenait dans un château en banlieue toulousaine s’est terminée en début d’après-midi.

Éviter tout licenciement sec

Dans le détail pour le site Astrium de Toulouse, 259 emplois seront supprimés dans le cadre de la prévision de baisse de charge industrielle alors que 137 postes sont menacés à cause de doublons entre Astrium et Cassidian, l’ancienne entité Défense du groupe. 309 autres suppressions d’emplois sont programmées aux Mureaux en région parisienne et 213 à Bordeaux. Ces coupes dans les effectifs inquiètent les syndicats. «L’an dernier nous avons gagné des satellites sur le marché mondial. Comment va-t-on faire pour les livrer avec 400 personnes de moins d’autant que quasiment toutes les équipes sont surchargées à Toulouse ?» s’interroge Thierry Perol.

Le plan doit s’étaler sur trois ans (2014-2015-2016) avec les derniers départs attendus pour début 2017. Maintenant que les détails des suppressions par site ont été annoncés, la direction d’Airbus Group va annoncer une batterie de mesures d’accompagnement. Déjà l’avionneur Airbus a annoncé que 500 postes seront réservés dès 2014 pour accueillir des salariés de Cassidian (ex-branche défense) ou d’Astrium. «On espère qu’il y aura un bon quota réservé aux salariés d’Astrium de Toulouse impactés» prévient le syndicaliste. Par ailleurs, les départs à la retraite ne seront pas remplacés après déjà une centaine de suppressions de postes anticipées en 2013. Des aides à la création d’entreprise et des primes pour les départs volontaires seront aussi mises en place. «On espère que mises bout à bout, toutes ces mesures évitent des licenciements secs : c’est notre objectif» prévient Thierry Prefol. La direction, elle, pourrait être tentée de mettre sur la table un plan de compétitivité en échange de l’absence de licenciement sec. Un accord sur le temps de travail ou sur une politique salariale réduite est dans tous les esprits. Afin d’éviter tout licenciement sec, le député de Haute-Garonne Jean-Luc Moudenc a écrit hier au ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg pour lui demander de faire prévaloir l’intérêt de l’entreprise dont l’état est actionnaire sur la logique purement financière. Petite lueur d’espoir, une source proche du dossier assure que si le carnet de commandes d’Astrium venait à se remplir dans les prochains mois, le plan de suppressions de postes pourrait être revu à la baisse.

EADS tests & services vendu

La filiale de systèmes d’essais et de bancs de tests «EADS Test & Services» qui appartient encore à Airbus Group va être cédée. Les 250 salariés du site de Colomiers près de Toulouse n’auront donc pas réussi à rester dans le giron d’Airbus Group. Les repreneurs sont bien connus de la place financière toulousaine puisqu’il s’agit de la société d’investissement ACE Management qui gère notamment Aerofund et de l’Institut Régional de Développement Industriel de Midi-Pyrénées (Irdi) dont est actionnaire la Région Midi-Pyrénées. Tests & Services est aussi implanté à Elancourt dans les Yvelines avec un effectif de 125 salariés.

Astrium : 396 postes supprimés à Toulouse
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article